.

Retrouvez la mission CJP à Madagascar sur cette page, 
à travers le journal de Julia

Séminaire, voyage pour visite de l'église et de l'école 

Souffle Nouveau de brousse de Mahavelona, etc.

Journal de Julia, spécial mission Madagascar 1 / : 29 sept 2019 :

On s'est levé tôt ! Notre ami et frère en Christ qui garde la maison pendant notre absence nous a déposé à la gare de Toulon pour prendre le train de 8h16, direction Marseille d'abord, puis Paris. Nous sommes trois : Claude, mon frère Richard qui nous accompagne cette fois, et moi. Le temps de boire un petit café, nous sommes remplis d'anticipation et d'excitation à l'idée de partir de nouveau vers cette terre, Madagascar, qui commence à nous être bien connue maintenant. À l'aéroport de Roissy nous retrouvons Remy Bayle, accompagné de Thierry et Michèle. Belles retrouvailles ! Nous nous réjouissons de pouvoir exercer le ministère dans la complémentarité pendant ce temps de convention à Tamatave. C'est parti pour une nuit d'avion !

Journal de Julia, spécial mission Madagascar 2 / : 30 sept 2019 :

La nuit d'avion c'est toujours particulier, on a un peu l'impression, à certains moments, d'être dans une boite à sardines : « esquichés », au frais, dans le noir pendant 13 heures.  On s'endort, on se réveille on se rendort on se reréveille, etc., mais Air Austral a des avions assez modernes et très bien équipés. Nous voici à 8h10 à l'aéroport de Saint-Denis, en transit pour un autre vol pour Tamatave/Madagascar. Un moment de battement lorsqu'une personne de l'équipe a perdu son passeport. Oups ! Après avoir prié et qu'elle ait insisté pour que l'on fasse de nouvelles recherches dans l'avion avec lequel nous sommes arrivés, le passeport est retrouvé entre deux fauteuils (elle se met à genoux dans l'aéroport et remercie le Seigneur). Ouf ! 

On monte dans le deuxième avion, c'est parti ! Nous avons hâte d'arriver. Dieu me parle de Sa grâce, de l'impertinence d'oser s'attacher à lui pleinement, avec ou contre tous. Il me donne 1 Jean 1 : 3 qui parle, en fait, de droit et de transmission, un des thèmes que Claude abordera pendant le séminaire. Arrivée à Tamatave, nous retrouvons nos amis, pasteur Reynaud et son équipe qui viennent nous accueillir à l'aéroport. Après un bon repas en commun, nous nous séparons avec Remy, Michèle et Thierry pour aller chacun se reposer dans le lieu où il reste. Les moustiquaires en place nous allons pouvoir bien dormir ce soir ! Nous sommes 18 à table pendant presque toute la semaine. Ils ont tuée un Zébu et un porc ce matin pour nous nourrir tous. Demain matin c'est l'ouverture du "séminaire" au Gymnase de Tamatave. Ce soir, salade de poulpe, ris et foie de Zébu, super!

Journal de Julia, spécial mission Madagascar : 01 Octobre 2019 :

Le pasteur Reynaud avec qui nous travaillons depuis plus de 25 ans a décidé d'organiser ce séminaire pour fêter ses 25 ans dans le ministère. Occasion de réunir plusieurs églises dont il s'occupe, et plusieurs pasteurs et églises de la ville de Tamatave et environs. Il nous a dit que plusieurs personnes on fait 6 heures à pied et le reste en taxi brousse pour venir à ce séminaire. Ce matin, ouverture du séminaire avec plusieurs interventions de différents pasteurs, d'une représentante de la ville de Tamataveet de nous-mêmes en tant que responsables officiels de l'œuvre Souffle nouveau. Le tout entouré de louanges. Les malgaches aiment louer Dieu ! 

Ensuite Reynaud a rappelé ses débuts en tant que jeune pasteur qui a entendu la voix de Dieu pour aller le servir auprès d'habitants de la brousse, où il est allé habiter lui et sa famille. Résultats : des années après il supervise une dizaine d'églises souffle Nouveau ! Il a une oeuvre très active dans la prison de la ville et est bien considérée au près de la marie. 

Jeudi matin Remy Bayle et une équipe vont d'ailleurs aller prêcher à la prison. Une fois ce moment terminé, une collation « grand format » a lieu à l'extérieur ! Vient l'après midi et c'est le premier des deux ateliers que je dois tenir sur « Bannières et mouvements». On avait estimé environs 50 personnes la participation à ces ateliers, dès le premier jour ils étaient environ 300. Je n'ai jamais fait ce genre d'atelier avec autant de personnes. Un grand défi m'attendait ! 

J'avais reçu de les encourager à allez plus loin dans leur adoration déjà très forte, afin que notre esprit, notre âme, mais aussi notre corps soient engagés au même titre pour servir Dieu. J'ai du m'adapter pour faire bouger autant de monde et, comme souvent lorsqu'on est obligé d'improviser, ce fut un des meilleurs ateliers donnés à ce jour. Enfants, adolescents, adultes hommes et femmes on participé. Beaucoup de joie dans l'air ! Il a fait assez chaud, je suis épuisée, mais j'attend la suite pour demain avec anticipation. Nous nous retrouvons avec toute l'équipe pour le repas du soir. Fin de la première journée de séminaire.

Journal de Julia, spécial mission Madagascar : 02 Octobre 2019 :

Deuxième journée de séminaire. Ce matin cession d'enseignement : nous chantons deux chants, puis Claude enseigne sur l'esprit prophétique et ces diverses expressions, encourageant le peuple de Dieu à entrer dans une nouvelle dimension dans ce domaine. La Parole est vraiment très bien reçue. Il continue demain et après demain sur ce sujet. Midi : un repas, fait de main de chef par Gérald, notre jeune cuisinier officiel pendant le séminaire. Soit béni Gérald ! Après midi : deuxième atelier Bannières et mouvement. Ils sont venus aussi nombreux qu'hier. J'avoue que après hier après-midi je me demandais ce que Dieu avait prévu pour l'atelier cette fois ci ! Je voulais les amener avoir un temps plus prononcé devant la face de Dieu dans l'adoration. 

Après un peu d'enseignement, nous avons dansé ensemble un moment et après je voulais mettre en place pour une chorégraphe, mais pas facile à faire se déplacer autant de personnes, surtout avec la barrière de la langue, même si quelqu'un de très compétent me traduit ! Alors, avec des chants de louange en malgache nous avons commencé à à intercéder sur la carte de Madagascar et de louer et adorer Dieu tous ensemble ! Ce fut un moment béni, plein de mouvements, d'adoration, de prière, de louanges et de proclamations. L'esprit nous a visité ! Ça été très fort et très beaux ! Je sais que j'ai pus communiquer quelques que choses de profond et je suis ressortie de ce temps très encouragé. Tous les participants ont « joué le jeu » à fond. Je leur laisse 50 bannières en partant préparées spécialement pour cet événement.

Journal de Julia, spécial mission Madagascar J 5 : 03 Octobre 2019 :

Deuxième cession d'enseignement sur le prophétique. Nous avons chanté quelques chants en introduction, Claude et moi, et sommes toujours touchés de voir combien les gens chantent, dansent et louent volontiers ici. Il fait chaud, très humide, mais quelle joie d'être ici et de voir une telle soif pour avancer dans la connaissance du Seigneur et de Ses voies. Une sœur a fait mille kilomètres en taxi brousse pour pouvoir assister au séminaire, une autre vient de l'île de saint Marie, sans parler de tous les pasteurs de brousse qui sont à avec leurs épouses et qui dorment à même le sol sur des nattes pendant toute la semaine. Ça fait réfléchir quand on rentre en Europe... mais c'est un autre sujet. 

Pendant ce temps pasteur Raynaud, Remy Bayle et toute une équipe (et Richard) sont allés visiter et prêcher à la prison de Tamatave. L'après midi, en introduction de la réunion, Remy partage une parole prophétique avec Reynaud et Blandine liée à l'image de cette "voile" qui surplombe l'estrade. Puis c'est le pasteur Christian Antonio Ramsamy de l'île Maurice qui intervient. J'ai ressenti surtout une onction d'exhortation qui caractérisait son intervention. 

Après une journée bien remplie nous rentrons... Sans nous douter que l'équipe sur place a organisé une fête surprise... nous montons donc vite nous changer pour découvrir en redescendant que cette fête est pour nous, pour fêter nos quarante et un ans de mariage. Plusieurs des pasteurs que nous avons côtoyé et qui ont été impactés par les cours "Lumière Des Nations" depuis 25 Ans, qu'ils soient reliés à l'œuvre Souffle Nouveau ou pas, les pasteurs de brousse, etc., sont là. 

Un grand moment de surprise totale et d'émotion. Je ne vais pas m'étendre ici sur cette soirée mémorable, mais je sais que Remy Bayle a fait "fuiter" quelques extraits vidéo sur Facebook... Mais j'avoue que nous avons rarement été autant honorés dans tout notre parcours dans le ministère. Nous nous couchons avec un sentiment de bien être, de se sentir à la bonne place en train de faire les bonnes choses, entourés des bonnes personnes et... honorés !!!

Journal de Julia, spécial mission Madagascar J 6 : 04 Octobre 2019 :

Le matin : troisième et dernière cession d'enseignement sur le prophétique. Thème : Les fondements du prophétique. Nous avions prévenu les gens qu'à la fin de cette cession nous prierions en les oignant d'huile, avec la foi qu'à la suite de ces enseignements ils allaient entrer dans une nouvelle dimension prophétique dans leur vie. Nous leur avons demandé, la veille, de se préparer pour cela et que s'ils avaient quelque chose à régler d'abord qu'ils le règlent, afin de ne pas s'avancer à la prière pour se mette en danger. À ce sujet : nous avons appris qu'un chef d'entreprise a réuni tous ses ouvriers pour leur demander pardon pour ses sautes d'humeur et pour son mauvais caractère, prenant devant eux la décision de changer avec l'aide de Dieu. Touchant ! Voilà la sorte d'effets concrets qu'engendre l'écoute de la Parole de Dieu lorsqu'elle est reçue. 

Nous avons donc oint d'huile le grand nombre de personnes présentes à cette réunion. Et soudain, c'est allé très, très vite : les gens se sont mis à tomber comme des mouches, au point que même nous étions surpris de la force de l'onction. Je voyais dans l'esprit comme des flèches que des personnes avaient reçues dans le passé, qui étaient ôtées d'elles et repartaient en direction de ceux qui les avaient tirées. Des malédictions étaient brisées ! La salle a fini par ressembler à un champ de bataille avec tous ces corps allongés. Wouff, ça fait du bien de voir Dieu agir ! 

L'après midi c'est la première réunion d'évangélisation, tenue en plein air sur la place principale de Tamatave, qui se caractérise par ses hauts palmiers. Pasteur Reynaud dirige l'ensemble du déroulement des choses. Il est vraiment l'homme de la situation, placé là par Dieu. Il est compétent dans plusieurs domaine : il est à la fois pasteur, dirige la louange et gère naturellement la foule. Il a grandi en sagesse et en influence auprès de nombreux autres pasteurs dans Tamatave et dans tout le pays. Et Blandine, sa femme, est une exportatrice et personne des plus agréables. L'évangéliste Remy Bayle intervient ! 

Nul doute que cet homme est vraiment réellement oint comme évangéliste : il aime les âmes, leur prêche clairement le message du salut, plaidant avec larmes avec elles de ne pas laisser passer l'opportunité de recevoir le sauveur. Il n'a pas peur de confronter les autorités occultes de ce pays. Les conversions se succèdent et les guérisons également. Dieu agit ! Les gens montent sur l'estrade pour témoigner de ces guérisons. Et, vous voulez savoir ? Tous les ouvrier du chef d'entreprise, mentionné plus haut, sont venus à la croisade et quatre vingt dix pour cent d'entre eux se sont avancés à l'appel (l'humilité paye). 

Une journée bien remplie ! Puis, le soir il y a ce temps de repas et partage autour de la table, avec cette nourriture de qualité à table, préparée par Gérald, le cuistot, qui réjouit notre cœur après une journée intensive. Ils ont voulu nous donner le meilleur là aussi et je pense que nous n'aurions pas mieux mangé dans un restaurant 4 étoiles.

Journal de Julia, spécial mission Madagascar : J 9 et 10. 7 et 8 Octobre 2019 :

Lundi 7, journée de repos, nous en profitons pour nous mettre à jour de mails et autres « travaux » laissés en suspens. Mardi matin 8 : nous quittons Tamatave à 9h et partons pour la brousse où nous allons visiter les frères et sœurs d'une église que Reynaud a implantée, il y a plusieurs années, dans le village de Mahavelona, ainsi qu'une école chrétienne démarrée il y a environ deux ans et dont nous avions fait l'inauguration lors de notre dernière venue. Beaucoup de travaux sur la route qui mène à notre lieu d'embarquement, beaucoup de trous aussi. 

Depuis notre véhicule je note quand même, comme je l'ai remarqué à Tamatave, que certaines choses évoluent dans ce pays, tant au niveau de sa prospérité - si je peux employer ce terme ici - que la mise en route de réparations de portions de routes, moins de misère, plus d'éducation, un programme pour éradiquer le palu, etc. La première fois que nous étions venus, il y a 25 ans, il y avait partout des pouce pouce à Tamatave, tirés par des hommes à pieds et souvent habillés en aillons, qui transportaient les gens. Aujourd'hui c'est remplacé par des cylclo pouce : des vélos auxquels sont attachés des "nacelles" dans lesquelles les personnes montent. 

Arrivés au village de Tamambao Nosibe, situé à une trentaine de Kilomètres de Tamatave où nous devons embarquer, nous retrouvons la pirogue en fer « Souffle Nouveau », financée par nous-mêmes et nos partenaires. Un autre ministère ayant financé l'achat d'un moteur, elle va nous permettre de faire le trajet sur le fleuve en moitié moins de temps qu'en pirogue en bois : 4h, au lieu de 8 h comme la dernière fois. Nous sommes momentanément bloqués sur la berge, le temps que le moteur soit décongestionné et démarre. Je me met à l'hombre pour écrire ces quelques mots. Puis c'est parti pour 4 h de pirogue : les paysages défilent, c'est « magique » ! 

À un moment donné, la pluie se met à tomber soudainement très fort, le temps de défaire la bâche de protection, nous nous retrouvons tous mouillés des pieds à la tête, mais bon... c'est l'aventure ! Le soleil revient assez rapidement et nous séchons... plus ou moins. Une fois abordés, une dizaine de personnes vient à notre rencontre pour porter les bagages et paquets, dont plusieurs sont destinés à l'école, et... c'est parti pour 1h30 de marche pour arriver au village en question. Nous avons pris du retard et la nuit tombe. Nous sortons nos super lampes achetées à Décathlon 15 jours avant en France. Faut faire attention, car ça glisse pas mal avec la pluie qui est tombée précédemment. 

Arrivés au village, sur la parcelle de terrain donné à l'œuvre Souffle Nouveau il y a plusieurs années par un chrétien influent du lieu, et où se situe l'église et l'école, nous saluons tout le monde et nous nous installons dans une salle de classe. Matelas et nattes sont sortis, les moustiquaires sont installées. On tire 4 bureaux qui, liés les uns aux autres, nous servent de table. On nous sert du riz complet, blanc et rouge, un poulet (bio enfin !), du coeur de "ravinala" (arbre du voyageur), avec une super sauce et du piment. 

Retrouvez 2 vidéos de ce temps passé en brousse sur la page ci-dessous

Le couple pastoral partage le repas avec nous. Ils ont assisté à tout le séminaire de la semaine précédente à Tamatave avec les autres pasteurs de brousse. Un régime de bananes comme dessert, nous prions, et nous nous couchons assez tôt pour un repos bien mérité, réclamé à grande instance par nos corps. Il se remet à pleuvoir, très fort, impressionnant même ! Demain est un nouveau jour...

Journal de Julia, spécial mission Madagascar : J 11 : 9 Octobre 2019 :

Nous nous réveillons dans cet environnement si différent. Ce matin il y a une réunion dans une des salles de classe avec plusieurs enfants de l'école et leurs parents. Nous les encourageons à continuer à garder la vision de cette école destinée à s'agrandir et à toucher les familles des villages environnants. La prochaine étape est de construire trois salles de classe supplémentaires, de la 6ème à la 3ème, afin de permettre aux enfants d'aller jusqu'au collège (le collège le plus proche se trouvant à 4 h de marche de là). Beaucoup d'enfants en effets sont gardés par les parents pour les aider à travailler aux champs, garder les zébus ou autre. C'est toute une mentalité à changer. 

Le temps n'arrête pas de changer pendant toute la journée, passant du soleil à des averses soudaines. Nous faisons le tour avec Reynaud et Blandine et ils nous expliquent les projets : le dispensaire n'a pas encore pu voir le jour car ils attendent des papiers officiels et il faut qu'une personne agrée par le corps médical s'engage à le tenir. Il faut investir aussi dans une pompe solaire, plus puissante, pour pouvoir amener l'eau d'une source situé à cinquante mettre en contre bas. Nous voulons repartir avec des sujets de prière et des objectifs de projets à soutenir qui feront avancer les choses. Un point très positif, derrière l'école des toilettes "normales" ont été construites et installés afin d'encourager et apprendre les enfants à les utiliser. Entre parenthèse, une bénédiction pour nous en plein milieu de la brousse, surtout quand on se lève en plein milieu de la nuit. 

Blandine réunit tous les enfants de l'église et fait une distribution d'habits qui ont été donné par les membres de l'église de Tamatave. Trop beau de voir chaque enfant repartir avec un nouvel habit de qualité en disant "merci" ! Elle donne aussi un stock de cahiers et stylos au responsable de l'école qui est aussi le fils du pasteur. La journée passe très vite ! 

Ce soir c'est la réunion de l'église, momentanément dans une salle de classe également car le bâtiment de l'église a une fuite d'eau et est en cours de réparation. La salle est pleine à déborder. Reynaud commence par leur apprendre un nouveau chant et les dirige dans un temps de louange. Nous enchaînons avec le chant "La joie du Seigneur est ma force", un couplet en français, un autre en malgache, puis avec "Moi et ma maison" traduit depuis longtemps en malgache par Reynaud et chanté dans les églises SN. 

J'apporte une exhortation sur le fait que Dieu est notre tour forte et notre protection. Je fais le parallèle avec l'école qui est aussi tout un symbole spirituel, car lors du dernier cyclone les habitants du village sont venus s'y réfugier du fait qu'elle est construite en dur. Claude prêche sur la compréhension du message de la grâce, sachant que plusieurs ne savent pas lire et donc doivent surtout retenir le fondement du message biblique pour leur vie de tous les jours : la grâce de Dieu manifestée en Jésus-Christ, à partir de laquelle tout le reste devient accessible. 

Nous prions pour les malades, puis pour ceux qui vivent des oppressions démoniaques, puis pour ceux qui ont des problèmes relationnels dans leur entourage pour briser tout cela et partageons quelques paroles. Une belle réunion qui finit par des chants. Deux heures et demie se sont écoulés et nous n'avons pas vu le temps passer. Après une journée bien remplie, et qui est passé à toute rapidité, on apprécie un dernier repas avec le couple pastoral. Demain, départ prévu à 8 h !

Journal de Julia, spécial mission Madagascar : J 12 : 10 Octobre 2019 :

8h, tout le monde est prêt pour le départ ! Nous nous mettons en route, accompagnés des frères et soeurs qui portent divers bagages jusqu'à la rivière qui se trouve à 1h30 de là. Ça va néanmoins être plus simple qu'à l'aller car ça descend plus, mais les chemins sont étroits et boueux et il faut faire attention car il a bien plu la veille et ça glisse. Vient le moment où, d'ailleurs, je fais un beau plongeon dans la boue et je ne suis pas la seule. Cette visite a été un peu courte, mais très riche en rencontres, en émotions et en impact par rapport aux projets futurs. 

J'ai le désir de revenir au plus tôt, l'année prochaine peut-être ou en début d'année 2021, surtout pour m'investir d'avantage au niveau de l'école. Il fait beau, le paysage défile et nous ravit par sa beauté : végétation luxurieuse, palmiers, rizière de riz, champ de maïs, cascade, etc., tout est là pour nous faire apprécier cette marche et profiter de ce qui nous a échappé à l'aller alors que la nuit tombait. 

Nous arrivons à la rivière et embarquons. Il nous faut seulement 2h30, au lieu de 4h à l'aller, car la pirogue va dans le sens du courant. C'est le seul bateau à moteur qui monte jusque là et les habitants des villages en bordure du fleuve viennent sur les rives nous regarder passer. Nous remercions Dieu de ce que cette fois il n'y a pas de pluie, sinon une très fine qui tombe pendant 10 mn. Arrivés à Tamambao Nosibe, lieu du débarquement, nous montons dans un véhicule style fourgon qui nous amène à Foulpointe, trente kilomètres plus haut, où nos amis on décidé de nous mener passer deux jours de repos dans un "chalet" à côté de la mer. 

La route est dans un très mauvais état, remplie de trous énormes, certains de plusieurs mètres de large et ça prend du temps - et beaucoup de secousses - pour faire ces quelques kilomètres. Samedi nous rentrons sur Tamatave et serons sur place pour le culte du dimanche matin...

Journal de Julia, spécial mission Madagascar : 13 Octobre 2019 :

Après deux jours de détente et de communion fraternelle avec nos amis Reynaud et Blandine, Heri et Chantal, et famille, côté mer, nous retournons ce samedi 12 sur Tamatave. Retour long et saccagé de nombreuses secousses à cause toujours de la l'état de route N5. Après une bonne nuit de sommeil, nous voilà ce dimanche matin prêts pour assumer le culte de l'église mère Souffle Nouveau de Tamatave. Très beau temps de louange, même si la sono à tendance à être toujours un peu trop forte. Mais, comme me le disait un frère, "c'est comme ça qu'on aime". Reynaud nous introduit, nous enchaînons avec deux de nos chants moitié en français, pitié en malgache. 

Je prend un temps à exhorter les frères et soeur, et à leur rappeler combien nous avons eu plaisir d'être parmi eux, nous repartons demain, mais ils restent dans nos coeurs. J'ajoute à quel point nous faire fier du travail qu'a fait pasteur Reynaud (que nous avons rencontré lorsqu'il avait 23 ans) depuis 25 ans. 

Claude prêche sur la puissance du sang de Jésus que nous devons apprendre à nous approprier dans la vie de tous les jours, face à un adversaire qui cherche à nous accuser continuellement. C'est le message qu'il fallait pour cette matinée. Reynaud l'appui en donnant des Paroles de connaissance et il y a une prise de position d'un grand nombre pour décider de ne plus vivre dans l'accusation, en prenant position sur les choses qu'ils ont pu entendre ce matin concernant leur identité et position en Christ. Claude leur dit, entre autres, qu'il ne croit pas que le chrétien doit être quelqu'un - comme ça nous est parfois enseigné - qui doit penser, se dire et dire à Dieu chaque jour : "Je suis un pécheur", voire "un misérable pécheur" même, mais plutôt : "Je suis sanctifié, purifié, lavé, justifié !" Ça change tout aux résultats de notre vie de prière ! 

Plusieurs personnes étaient venues suite à l'évangélisation en plein air avec Remy la semaine précédente. L'après midi nous rencontrons en privé un couple de serviteurs de Dieu qui voulait nous voir et réglons quelques problèmes en suspens avec eux. Le soir, c'est chez Reynaud que nous nous retrouvons cette fois. Nous faisons un bilan et laissons plusieurs affaires à distribuer à droite et à gauche et qui peuvent être bien pratiques en brousse. Nos bagages sont prêts, demain lever à 5h et nous prenons l'avion pour La Réunion à 8 h. Demain, dernier post de mon journal de cette "grande" aventure Madagascar 2019.

Journal de Julia, spécial mission Madagascar : 14 Octobre 2019 : Dernier post.

Et voilà, c'est le grand départ. Nous sommes à l'aéroport de Tamatave : Heri, chez qui nous avons logé la majorité du temps, nous a amené et Blandine et Reynaud nous on rejoint pour les au-revoir. Le scanner de l'aéroport est en panne et donc la fouille doit se faire à l'ancienne méthode, c'est un peu long. Néanmoins, surprise, l'avion - à hélices - est prêt à décoller en avance. 

Nous sommes les derniers à embarquer. Alors que je fais un peu le clown devant l'avion et que Claude essaye de me prendre en photo, le pilote m'envoie un « coup de clackson » pour me dire de monter. Je ne savais pas que les avions avaient un « clackson », ou quelque chose comme ça. C'est la première fois que je me fais « clacksonner » par un avion ! Ha ha ! C'est parti pour 2 h de vol jusqu'à St Denis de La Réunion. 

Marie Jeanne, une bonne amie, vient nous chercher et nous amène chez elle où nous passons la journée à nous reposer, car ce soir c'est toute une nuit d'avion qui nous attend, entre La Réunion et Paris. Le lendemain : TGV Paris - Lyon, Lyon - Marseille et enfin TER Marseille - Toulon. Deux jours de voyage retour ! Nous avons encore les lieux, les odeurs, les couleurs, les visages dans notre tête. Nous avons quitté le contexte de ces 15 jours de mission, mais lui ne nous a pas quitté. Il n'y a pas eu un seul jour où nous n'avons pas vu l'action du Seigneur, tant pour résoudre rapidement un problème que pour constater Sa programmation clairement faite à l'avance. Nous avons, en effet, marché sur un chemin préparé à l'avance, nul doute à ce sujet ! 

Merci à tous les partenaires qui ont participé tant au niveau des billets d'avions qu'aux soutiens que nous avons pu apporter et aux divers frais liés à ce voyage. Merci à tous ceux qui soutiennent régulièrement ou ponctuellement le ministère CJP, et à ceux qui ont fait une offrande spécial Mission Madagascar. Le budget a été entièrement couvert, grâce à vous ! J'ai tenu ce journal pour tous ceux que ce voyage pouvait intéresser, bien sûr, mais avec une pensée tout spéciale pour vous nos partenaires. C'est une façon de vous mener avec nous et de vous permettre de voir de plus près, tant le sérieux de notre engagement que l'utilité de votre soutien. Merci ! 

Nous avons été très faibles dans le domaine de la communication pendant des années avec Claude, nous n'osions pas ceci, pas cela... mais le Seigneur nous a repris là dessus. Car la communication est une des bases de l'Évangile et des relations humaines. Mieux on communique, mieux les gens comprennent ce que l'on veut dire, comme ce que l'on ne veut pas dire, et mieux ils savent à quoi s'en tenir. Ils réalisent pourquoi et dans quoi ils investissent en soutenant un ministère ou un projet particulier. Plus, ils se sentent investis ! 

Avec la fin de ce voyage à Madagascar nous clôturons un chapitre, avec le sentiment d'avoir été utiles pour le Royaume, d'avoir impacté et donné un nouvel élan à pas mal de monde là bas. À moi aussi cette visite a donné aussi un nouvel élan pour m'investir davantage, entre autres dans l'école de brousse, pour retourner la visiter plus souvent et investir d'autres personnes dans cette vision. Et oui, les projets futurs ne manquent pas dans notre cœur à cet instant. Nous allons sérieusement prier à leur sujet et voir comment les concrétiser, selon les directives du Saint-Esprit, une fois à la maison. Nous sommes contents de rentrez un peu chez nous !!!!

Soyez bénis !

Julia

Retrouvez plus de photos et de vidéos de la mission Madagascar 2019 sur notre page Facebook : Cjp Exhortations